My Lid-In Le Blog

Pensées, images et fonds de tiroirs

5 jours de chantier en février

Forêt

Le mois de février est certainement la période la plus propice à l’intervention en forêt, surtout lorsque le temps est favorable et les températures pas trop froides. Cette année, l’intervention fait suite au gros chantier du mois d’aout où il a fallu ré-ouvrir la parcelle, fermée par les ronces et les frênes.


2 premières journées pleines, de 11h à 17h. Belles journées froides, sèches et ensoleillées.
Sur le chantier 1, dans le prolongement du chantier mené avec Elsa à Noël. Élargissement vers l’Ouest puis ouverture d’un barrage de ronces vers le fond. Découverte d’une zone assez forestière à laquelle je n’avais pas accédé récemment. Accès au fond de la parcelle, carrément fermée. Vers l’est, j’arrive aux derniers plants protégés et je découvre une petite dizaine de plants non protégés. Vers l’ouest, jonction vers le chantier 2 à travers une zone marécageuse. Quelques nouveaux plants accessibles par là, en particulier les merisiers plantés l’hiver 19/20 (donc il y a deux saisons), qui se portent plutôt bien et ce qui me rappelle que les merisiers est une essence à croissance rapide.
Dans le fond de la parcelle sur le chantier 1, franchement fermée, beaucoup de plants crevés. Mais certains subsistent , je leur ai aménagé une éclaircie. Deux ou trois beaux merisiers.
Deux derniers jours, travaux sur 2×2 heures. Samedi Aglaé et coco m’accompagnent. Chantier 2, première partie, cote Est, dégagement de deux zones . Un gros roncier d’une part, avec 6 chênes enfermés. Les ronces mortes forment une montagne de 1m de haut, sur laquelle les ronces fraîches s’élancent à l’assaut des arbres, qu’elles couchent la saison suivante. Quelques arbres très cabossés, essai de tuteurage. Essai d’attache avec lanière de chambre à air.

En passant dans le chantier 2, les chênes Sessile plantés en 19/20 dans le bas de la parcelle sur un terrain plutot herbeux, semblent n’avoir jamais pris.

En tout cette semaine j’ai utilisé 2.8 litres d’essence sur la tronçonneuse et la débroussailleuse.
Ce qui représente environ 3 pleins pas séance.

Dimanche, j’ai essayé de terminer les 3 litres de mélange que j’avais préparé. J’avais deux pleins de débroussailleuse à passer. Mais un plein c’est bien 45 minutes de travail intensif. Impossible de venir à bout du second plein, le temps m’était compté, on m’attendait pour le repas.

Cette saison 2021/2022 nous avons pas mal travaillé à Flax. Est-ce que nous avons réussi à reprendre la main sur toute la surface d’arbres protégés ? Est ce que l’intervention va permettre aux arbres de se développer correctement ? Ce qui est certain c’est que les noisetiers et les frênes avait fini par fermer le ciel aux chênes, tandis que les ronces couchaient les autres. Fallait intervenir. L’opération m’a aussi permis de trouver de nouveaux spécimens et de sauver certains plants couchés par les ronces ou le gibier.
Pour la suite, il sera intéressant d’essayer d’explorer la zone la plus à l’est. Y a t il des plats valables dans cette zone ? Il est peut être possible de planter de nouveaux plants en ouvrant un peu les frênes, sur placette. Peut être que c’est un moyen efficace..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *